• L'invitée Surprise (Première Partie)

    L'invitée Surprise (Première Partie)

    L’invitée surprise.

     

                Elle débarque généralement une fois par mois. Des fois plus souvent, mais rarement moins. On ne l’entend pas arriver. Elle surgit de nulle part lorsqu’on s’y attend le moins. Dès les premières secondes de la journée vous sentez que ça s’annonce mal pour votre matricule... Vous vous réveillez en sursaut, un pensionnaire planté à trois centimètres de vos oreilles encore endormies, qui hurle à pleins poumons « Y a pas école aujourd’hui, pourquoi t’es pas levée ?! »

                À cet instant, vous savez d’instinct qu’elle est très certainement là. Qu’elle s’est invitée chez vous, que c’est votre tour et qu’il vous tarde déjà de vous recoucher tellement le programme à venir vous colle la nausée. Vous savez qu’elle vous attend, là. Juste derrière la porte de votre chambre : la journée de merde.

                La plupart du temps, comme aujourd’hui, elle se présente en classique, accompagnant le réveil qui n’a pas sonné. Quelquefois, histoire de rigoler, elle débute de façon différente. Il en existe toutes sortes de variantes, comme la coupure d’eau intempestive découverte sous la douche, ou encore le classique genou dans la table de chevet. Peu importe, le résultat sera le même, et la journée de merde va être à vos cotés durant les quinze prochaines heures.

                Vous vous frottez le visage, battez des paupières, domptez votre crinière de lionne emmêlée et partez à tâtons à la recherche de l’interrupteur. Le compte à rebours est d’or et déjà lancé. À coté Fort Boyard c’est de la gnognotte, 24HChrono de la rigolade. Le challenge est de grande envergure, il est même clairement impressionnant. Va falloir envoyer du bois les p’tits gars.

                Il est globalement 8h00, et par un bonheur tout relatif, les quatre pensionnaires ont dormi d’une traite jusque là. Cela pourrait vous mettre en joie, six mois qu’une telle chose ne s’est pas produite, mais vous maudissez le ciel que cela ne se produise jamais un samedi ou un dimanche. Il y a des choses qui ne s’expliquent pas, c’est comme ça. Comme la tartine qui tombe toujours du coté Nutella ou encore comme cette histoire de chaussette qui disparaît systématiquement dans le lave linge. Voilà voilà.

                Vous perdez donc instantanément les bénéfices d’une nuit réparatrice et balayez rapidement de votre esprit les bribes du merveilleux rêve dans lequel vous étiez vautrée pas plus tard qu’il y a cinq minutes. Une histoire de Nespresso avec Brad et de Maldives avec Georges, à moins que ce ne soit l’inverse, qu’importe, l’heure n’est plus aux tergiversations : ce matin vous êtes la seule adulte à la maison, il va falloir s’activer sévère.

                Vous vous transformez illico en commandant d’armée en période de crise écarlate foncée, et revêtez mentalement une tenue de Lara Croft à la mode pyjama. Le défi est de taille, il va vous falloir préparer quatre enfants en trente minutes et arriver avant que la grille de l’école primaire ne soit fermée.

     

    (Note de l’auteur : cette histoire de grille fermée est LE stress de Pretty-Poulette et si je ne veux pas qu’elle fasse des années de psychothérapie - à ce sujet en tous cas, parce qu’avec une mère comme moi elle n’est pas gâtée la pauvre, elle aura mille raisons -  il faut se bouger.)

     

                Reprenons, vous avez trente minutes pour gérer deux bols de lait, deux biberons, deux petits à habiller, les copies sont sur la table, prenez vos stylos. Heureusement pour vous, les deux grands se gèrent vestimentairement parlant, car, prévenante et organisée quelquefois vous sortez leurs vêtements la veille. Bien entendu, et c’est là toute la sournoiserie de la journée de merde, elle se pointe le jour où vous n’avez évidemment rien préparé. Vous balancez, façon capo, quelques ordres bien sentis du haut de l’escalier et laissez libre court aux assortiments divers et variés. Tant pis pour les yeux des maitresses qui auront a subir les assauts des associations aussi douteuses que colorées tentées par les deux ainés. À pois, à rayures et à paillettes, il y en aura pour tous les goûts et pour toutes les couleurs. Amis de la fashion police, bonjour.

                Pendant ce temps, vous vous hâtez, portant micro poulette d’un bras tirant Dragibus de l’autre, de dévaler les escaliers tout en respectant les consignes de sécurité de base. Si tant est qu’il soit possible de dévaler un escalier de façon tout a fait sûre avec deux mouflets dans les bras, mais passons, le problème est ailleurs aujourd’hui.

                Vous vous félicitez chaleureusement d’être parvenue au rez de chaussée saine et sauve (un peu d’autosatisfaction ne fait pas de mal) et mentalement vous commencez à préparer un bras d’honneur au fantôme de la journée de merde qui vous regarde en ricanant, présentement adossé à votre porte d’entrée, négligemment installé sur les cartables. Malheureusement, vous réalisez bien vite qu’elle est définitivement  plus forte que vous et que vous allez certainement devoir capituler. Vous, qui pourtant avez déjà survécu à des épisodes d’anthologie, du type vomis en série dans la voiture, ou encore gastros de groupe. Oui, elle est bien plus forte et elle se tient les cotes lorsqu’elle vous observe tressaillir sur LE Légo positionné sournoisement sur la dernière marche.

                Bon sang ! Mais c’est quoi leur problème aux gars de Légo ? Ils envoient des types la nuit ? Des copains des lutins du père Noël, des Minipouss ? J’en sais rien moi, mais c’est pas normal cette histoire ! La veille vous l’avez bien monté ce #### d’escalier, et vous l’auriez vu ce Légo de mes ###.

                Mais vous vous reprenez vite, ravalez vos larmes, vous en avez vu d’autres. Vous lancez quelques noms d’oiseaux, que Dragibus s’empresse de répéter en boucle sinon ce serait pas drôle. Vous essayez comme vous pouvez de vous rattraper en déformant illico les grossièretés, histoire qu’à la halte garderie on ne vous détaille pas avec un air de mérou : « Mutin mon chéri ! J’ai dit Mutin. Mais si ! Mutin de Mordel de l’Herbe, plus précisément. Si, si Dragibus, je t’assure ! »

                Il est déjà 08h05. Vous préparez les biberons avec une facilité déconcertante. En placez un dans le micro-ondes, tandis que vous secouez le deuxième de l’autre main, lorsqu’il se met bizarrement à pleuvoir dans la cuisine. Du lait.  Vous constatez alors que, détail qui a son importance, vous avez sottement omis de positionner une tétine sur le second biberon et que, multitâche même sans le vouloir, vous avez repeint couleur Banania Farrow and Ball, une partie du plafond. Passons, passons.

                Numérobis et Pretty-Poulette, ayant bien saisi l’urgence de la situation, se sont activés grave en bons petits enfants qu’ils savent se montrer parfois. Ils ont depuis longtemps appris qu’en situation de crise extrême il vaut mieux éviter de se frotter à la Reine Mère. Généreuse, vous n’évoquez même pas leurs tenues drôlissimes, Carnaval n’est pas si loin, ça passera peut être même bien inaperçu. Tandis qu’ils descendent fissa leur bols de lait et mange ce qu’ils trouvent dans le placard désert, vous collez un bib dans le bec de Dragibus, donnez celui de Micro-Poulette, puis enchainez sur l’habillage de ces deux derniers.

                Même consigne qu’à la descente, il est tout à fait dangereux de courir avec des enfants dans les escaliers, mais on aime le challenge ou bien ? Faut savoir ce qu’on veut deux minutes. Comme vous avez quand même déjà changé au bas mot 30 000 couches en 7 ans, pressionné des milliers de bodys et enfilé des milliards de chaussettes (non, j’exagère un chouïa, mais quand même par deux, ça chiffre plus vite, c’est mathématique.) vous faites cela à la vitesse de la lumière.

                Vous regagnez en un temps record le rez de chaussée, intimez à Pretty-Poulette et Numérobis de passer par la case lavage de dents et checkez votre montre : 08h15 ! Mais c’est qu’on va être à l’aise !!! Vous réprimez alors une envie soudaine d’entamer un Gangman Style et faites mentalement un bref tour de la situation. Voyons....Voyons, voyons... Déjeuner : check. Vêtements : check. Dents : check. « C’est curieux j’ai comme l’impression d’oublier quelque chose ? Non... Je ne vois pas bien, moi.... MOI !!! Mutin de Mordel de l’Herbe !!!!! ». Vous ne pouvez pas décemment sortir en pyjama ! C’est que vous avez une réputation à tenir ! Quatre gosses, pensez bien !! Si vous n’arrivez pas un minimum apprêtée ça va jaser et on va vous coller la Dass aux fesses ! Hop ! Hop ! Hop ! Ravalement de façade façon Ripolin-express-simple-couche. Après une douche froide, car l’eau chaude n’a même pas eu le temps d’arriver jusqu’au mitigeur, vous sautez dans un jean, enfilez le premier pull qui vous tombe sous la main et redescendez l’escalier en évitant de justesse un nouveau Légo ( WTF!?!)

     

    (Note de l’auteur : Je passe sous silence les cinq minutes qui se sont écoulées durant le séjour à la salle de bain. Au choix nous aurons eu, du castagnage Pretty-Poulette/Numérobis, de la rixe Numérobis/Dragibus, du tirage de cheveux Dragibus/Micro-Poulette. )

     

                De toutes façons vous êtes passée experte dans la compréhension des cris, savez juger s’il faut intervenir ou faire la sourde oreille, et saisissez dorénavant toutes les nuances d’aigues surjouées dans le but de vous faire punir à la va vite.

                Il est donc à peut près 08h21, et à votre retour dans ce qui était il y six minutes encore un salon mais qui s’est transformé en pièce ressemblant à la fois au stock d’une crèche et à la place du marché avant le débarrassage des ordures, votre odorat ne vous trompe pas : vous avez à faire à une urgence de type couchesque. Le fantôme de la journée de merde, à ce stade, se roule par terre en frappant le sol de ses petits poings sournois. D’un geste, aussi vif qu’avisé, vous pratiquez le fameux lever de marmot-reniflage, que tous les parents connaissent, et constatez, avec une joie modérée, que ni Dragibus, ni Micro-Poulette n’ont de soucis de constipation.

                Là, je tiens à faire un arrêt sur image pour les novices. On se trouve à un tournant décisif de l’action. Deux possibilités s’offre à nous. La technique du jeralememepasjefoncechangerlescouchesetjeserrelesdents ou bien celle du jefaislautrucheonverratoutalheure. Là, mon ami, si tu penches pour la deuxième solution laisse moi te dire que tu te fourvoies complétement, tu t’égares, tu te plantes : ressaisis toi ! Ta maman t’a pas appris qu’il ne faut jamais remettre à demain ce que tu peux faire le jours même ? Alors c’est pareil !!!! Tu changes la couche fissa sinon je te promets que tu vas le regretter plusieurs jours ! Car, âmes sensibles s’abstenir, si jamais tu remets le nettoyage de fesses (combo de deux ici je tiens tout de même à souligner l’exploit) à ne serait ce que quinze minutes plus tard, la probabilité que tu te retrouves avec les fringues, la combinaison pilote et, comble du comble, le revêtement de la poussette à nettoyer, est absolument énormissime. C’est un axiome de base en Maths, ça, nom d’une pipe !! T’as rien écouté à l’école ! Faut que je te fasse un dessin ?

                Donc je résume, vous ne prenez même pas le temps d’hésiter une seconde, remontez l’escalier à fond de train!!! (Consignes de sécurité, bla bla bla)

     

    Maintenant il ne faut pas se voiler la face. Il doit être, à l’aise, 8h27, et dernier carat il faut avoir quitté la maison dans huit minutes. (Tu le sens l’enjeu, là ?). Vous commencez à revêtir Micro-Poulette de sa combinaison pilote (propre : c’est bon ça !) et Dragibus de son trio manteau/écharpe/bonnet. Vous vous faites la réflexion que la journée de merde est encore moins bienvenue l’hiver, rapport à toutes les complications que cela engendre.

    A suivre …     La suite : c'est 

    ©Sixinthecity    

    Si tu m'aimes, dis le moi : like la page Facebook et partage,

    tu seras chou et tes cheveux seront resplendissants.

                                                                                       

    L'invitée Surprise (Première Partie)

     

    « Mais qu'est donc devenue Blanche-Neige ?Allez on prend son Doudou et au lit ! »

    Tags Tags : , , , , , , ,
  • Commentaires

    1
    Capaug
    Mercredi 22 Janvier 2014 à 21:40

    ahhh ! "Mutin de Mordel de l'Herbe" ! En voilà d'une trouvaille.... 'va bien me servir celle-là !

    2
    Mercredi 22 Janvier 2014 à 22:31

    Hé! Hé ! Et bien tu penseras à moi en la sortant !

    3
    elise
    Jeudi 23 Janvier 2014 à 23:48
    Bravo! J'ai roi donc j'aime... hop favori! Maintenant je vais me balader un peu chez toi, histoire de voir si je fais mon petit ou pas... :)
    4
    sahli
    Samedi 29 Mars 2014 à 08:07

    mutin de mordel de l herbe quelle classe mdr elle est enregistrée car je ne sais pas pourquoi mais depuis que je suis maman j ai souvent sortie l ancienne version hihihihihhihi

    5
    mina
    Samedi 12 Avril 2014 à 00:55
    C'est juste excellent... Je rigole toute seule!
    6
    Samedi 12 Avril 2014 à 00:56

    merci mina, ça fait chaud au coeur !!!

     

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :