• Bref, J'ai acheté des chocolats pour Pâques.

    Bref, J'ai acheté des chocolats pour Pâques.

    Bref, J’ai acheté des chocolats pour Pâques.

     

    Le week end de Pâques approche à grands pas.

    Lui et son cortège d’œufs en chocolat.

    Je suis allée acheter des munitions pour les pensionnaires.

    J’ai pris des poules, des lapins, des poissons et des barres chocolatées.

    J’ai pris du chocolat noir, du lait et du blanc.

    Non, j’ai pas pris de blanc, parce que le blanc c’est dégueulasse.

    Dans les rayons du magasin un employé a scruté mon panier.

    Je l’ai regardé, il m’a regardée, je l’ai regardé, il a regardé mon panier, j’ai regardé mon panier, il m’a regardée, je l’ai regardé, il a arrêté de me regarder.

    J’ai quatre enfants et j’aime le chocolat.

    J’avais deux paniers.

     

    Je lui ai dit « j’ai quatre enfants et ils aiment le chocolat »

    Il m’a dit « sans vouloir être malpoli, c’est pas mes oignons »

    Je l’ai regardé, il m’a regardée, je l’ai regardé, il a baissé les yeux, il est parti.

     

    Je suis rentrée, j’ai planqué les paquets dans le placard du garage.

    J’ai fait une quiche, lancé une lessive, deux journées sont passées.

    J’ai voulu ajouter des pièces en chocolat au butin.

    Je suis rentrée dans le garage, j’ai regardé le placard. J’ai marqué un temps d’arrêt.

    J’ai soigneusement refermée la porte du garage derrière moi et observé le placard. J’ai marqué un temps d’arrêt.

    J’ai ouvert la porte du placard. J’ai observé le sac. J’ai marqué un temps d’arrêt.

    J’ai attrapé le sac. J’ai marqué un temps d’arrêt.

    J’ai ouvert le sac. J’ai ouvert la bouche. J’ai fermé la bouche. J’ai fermé le sac.

    J’ai reposé le sac. J’ai marqué un temps d’arrêt.

     

    J’ai repensé à ma mère, cette fois où j’avais essayé de la rouler dans la farine.

    J’avais dit « C’est pas moi ! »

    Elle m’avait dit « T’as du chocolat plein les mains »

    J’avais dit « C’est pas moi ! »

    Elle m’avait dit « T’as du chocolat sur le menton »

    J’avais dit « C’est pas moi ! »

    Elle avait dit « T’as du chocolat sur les dents »

    J’avais dit ok. J’avais été privée de TV. Une semaine.

     

    Je suis allée faire le tour du salon.

    J’ai trouvé un papier avec des petits poussins dessus. J’ai marqué un temps d’arrêt.

    J’ai trouvé un emballage d’œuf décoré de cloches. J’ai marqué un temps d’arrêt.

    J’ai trouvé une tache de chocolat sur le canapé en tissu. J’ai serré les dents.

    J’ai regardé les pensionnaires. Ils m’ont regardé.

    J’ai dévisagé les pensionnaires. Numérobis a baissé les yeux.

    Je me suis approchée. Il a reculé.

    Je me suis approchée un peu plus. Il a buté contre le mur.

    Je me suis approchée. Il avait du chocolat sur le menton.

     

    J’ai repensé à cette fois où j’avais essayé de rouler ma mère dans la farine.

    J’ai pouffé en repensant à la scène. Numérobis a cru qu’il allait bien s’en tirer.

    J’ai encore pouffé. Il a rigolé.

    Il avait du chocolat plein les dents

    Il a dit « C’est pas moi ! »

    J’ai répondu « T’as du chocolat sur les mains »

    Il a dit « C’est pas moi ! »

    J’ai répondu « T’as du chocolat sur le menton »

    Il a dit « C’est pas moi ! »

    J’ai répondu « T’as du chocolat sur les dents »

    Il a dit « C’est Micro-Poulette qui m’a mis des trucs dans la bouche, j’savais même pas qu’c’était des œufs en chocolat pour Pâques, et des poussins. »

     

    J’ai ouvert la bouche. Il a fermé la sienne.

    J’ai fermé la bouche. Il a eut un petit regard de cocker.

    J’ai pincé les lèvres. Il a fait la moue.

     

    Bluffée par tant d’ingéniosité j’étais prête à passer l’éponge.

    Je lui ai fait les poches. J’ai récupéré des poussins fondus.

    Je me suis tournée vers la porte du garage avec les œufs rescapés.

    Il a dit « J’suis malin hein ? ». J’ai dit OK.

    Il a été puni de TV. Deux semaines.

     

    Bref. J’ai acheté des chocolats pour Pâques.

     

     

     

     

    « pièce de théâtreastuce gain de temps »

  • Commentaires

    1
    Vendredi 11 Avril 2014 à 14:12
    Mamzelle-Mistinguett

    Oh oui, ils sont malins, mon Pickachu, hier matin, le tout naturellement du monde m'a dit "Ben, tu sais maman, moi, je sais que dans ta chambre, il y a des chocolats de Pâques mais chut, je ne le dirai pas aux copains de l'école" ... Il n'a pas été puni de télévision ^_^

    2
    Vendredi 11 Avril 2014 à 15:49

    hu hu hu 

    je romance un peu... mais il y a tellement de matière à écrire! lol !!

    3
    blandine
    Vendredi 11 Avril 2014 à 20:33

    j'adore


    cette année, pas de chocolat, ils les mangent pas !!


     

    4
    Azurelle
    Vendredi 11 Avril 2014 à 22:07

    Excellent ! Joli clin d'oeil à la série " Bref " !

    5
    Vendredi 11 Avril 2014 à 22:56

    J'en pleure de rire ! Bravo, j'adore !!!

    Ici cette année j'ai mis en hauteur, fini l'armoire du garage ;-)

    6
    Sandra
    Dimanche 13 Avril 2014 à 16:02

    Trop drôle...nous sommes dans une nouvelle maison donc ils ne connaissent pas encore les cachettes....et puis ils sont persuadés que les cloches jettent les chocolats sauf qu'à Londres c'est le  lapin de pâques qui se faufile sournoisement!

    7
    Flo
    Dimanche 13 Avril 2014 à 18:18

    Bravo...j'imagine la scène....


    J'adore!!!!!

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :